Quand consulter un psychologue ?

psychologue

Le recours à un psychologue et à une thérapie est devenu une pratique de plus en plus courante dans notre société. En effet, le stress de la vie quotidienne, les difficultés dans le milieu professionnel ou dans la vie personnelle, un passé douloureux ou des traumatismes sont autant de raisons qui peuvent faire penser à demander un soutien psychologique, une aide spécifique pour mieux se comprendre, aller mieux, évoluer. Mais toutes ces situations peuvent être difficiles à repérer et il n’est parfois pas évident de savoir quand il est temps ou nécessaire de s’adresser à un professionnel. Au-delà du besoin de consulter un psychologue, il est aussi important de s’interroger quant à ce dont on a besoin comme type d’aide et laquelle nous conviendrait le mieux. En effet, il existe un grand nombre de thérapies différentes parmi lesquelles il peut être difficile de se repérer pour les néophytes. Pour résumer, quels sont les signes d’alertes pour consulter ? Dans quelles situations cela peut-il être utile ? Vers quelle thérapie se tourner ? Dans cet article nous vous détaillons les différentes situations, signes d’alertes et thérapies existantes.

Dans quelles situations peut-il être utile de consulter un psychologue ?

De façon générale, lorsqu’on est face à une difficulté que l’on a du mal à gérer seul ou qui perdure, il peut parfois être intéressant de demander de l’aide à un professionnel qui sera à même de nous accompagner dans la résolution des problèmes, dans la gestion de ses émotions pour retrouver un certain apaisement. Il existe ainsi une multitude situations où le recours à un psychologue peut être un véritable appui. Ainsi, un traumatisme comme une agression, un attentat, ou un autre fait qui a été considéré comme violent peut laisser des traces sur le psychisme, des peurs, des angoisses qui sont difficiles à gérer au quotidien et peuvent resurgir dans des moments inadéquats. Pour permettre de surmonter cela et ne plus subir des réactions en lien avec ces événements, mais déplacées dans la vie de tous les jours, le soutien d’un psychologue est réellement recommandé, son intervention permettra de mettre de la distance avec cela, de repérer les résurgences du traumatisme et d’apprendre à les gérer pour essayer de mieux les gérer voire de s’en débarrasser.

Si ce cas-là semble évident, il existe bien d’autres situations où il peut être utile de demander de l’aide. Ainsi, les personnes qui souffrent de phobie, qu’elle soit sociale, par rapport à un objet, un animal ou une situation, un personnage particulier, pourront trouver de véritables solutions avec une thérapie qui permettra de les désensibiliser un minimum et d’affronter l’objet de la phobie sans pour autant avoir de réactions disproportionnées comme une attaque panique par exemple.

Une autre situation fréquente qui nécessite une psychothérapie : la dépression. En effet, de nombreuses personnes souffriront au cours de leur vie d’un épisode dépressif majeur. Dans ce cadre-là, il est important de savoir que la dépression est accompagnée d’un trouble de la motivation, la personne n’a pas la force psychique de quoi que ce soit, ainsi elle ne pourra pas traiter seule sa dépression, l’aide d’un professionnel sera donc indispensable pour pouvoir traverser cet épisode et en sortir. Le trouble anxieux est aussi une situation nécessitant un accompagnement spécifique, il peut en effet être très envahissant et venir interférer dans la vie quotidienne, il est constitué d’un ensemble de mécanismes très difficile à identifier seul et donc à pouvoir court-circuiter sans aide. Un autre mal tout à fait propre à notre société actuelle et bien plus fréquent qu’on ne le pense qui réclame un accompagnement psychologique : le burn-out. Cette situation se déclenche face à un épuisement professionnel, celui-ci va entraîner une grande fatigue, physique et psychologique, souvent la personne ressentira de l’angoisse, une perte d’estime d’elle-même et pensera ne jamais en faire assez et ne pas pouvoir répondre aux attentes de sa hiérarchie. La personne est alors noyée dans son travail, dans le stress et dans une spirale de pensées négatives qui peuvent avoir de graves conséquences lorsque ce n’est pas pris en charge, la psychothérapie peut donc être utile lorsque le burn-out est en train de se mettre en place avant qu’il ne se déclare pour l’empêcher d’arriver, mais aussi lorsqu’il s’est produit pour pouvoir en sortir et éviter sa reproduction à l’avenir. Enfin, même si cela peut sembler évident, les différentes maladies psychiques comme la bipolarité, les personnalités borderline, et bien d’autres bénéficieront à coup sûr d’un accompagnement psychologique.

Quels sont les signes d’alertes à repérer ?

Si toutes les situations précédemment décrites semblent évidentes décrites de cette façon, il est en réalité très difficile de s’apercevoir qu’on en souffre lorsqu’on est plongé dedans aussi il est important de connaître les signes d’alerte auxquels prêter attention pour savoir à quel moment on a besoin d’aide. Parmi ces signaux d’alerte, on peut citer un profond mal-être qui perdure et peut s’exprimer par une tristesse persistante, une sensation de détresse ou de désespoir par moment, des crises de larmes à répétition. De la même façon, on peut également se poser la question d’une consultation lorsque le stress devient envahissant et peut pousser à la paralysie, lorsque les angoisses et les peurs deviennent difficiles à gérer ou lorsque les émotions semblent « déborder » et être difficiles à contrôler. Enfin, parmi les signes plus pernicieux qui doivent alarmer on retrouve les difficultés de sommeil ou au contraire une grande fatigue qui ne trouve pas d’explication physique ou médicale ou encore des douleurs à répétition sans raison médicale comme des maux de ventre ou des migraines. Enfin, il est important d’écouter ses proches qui pourront aussi vous alerter, leur inquiétude et leur conseil d’aller consulter ne devraient pas être négligés.

Les différentes thérapies existantes

Toutes les difficultés et tous les troubles ne nécessitent pas tous la même prise en charge exactement de la même façon qu’on ne prend pas le même médicament pour toutes les maladies, c’est pourquoi il existe plusieurs types de thérapie en fonction de ce qui a besoin d’être traité et qui sont autant d’approches et de techniques différentes. Ainsi, pour le traitement des phobies par exemple il sera plus intéressant de s’orienter vers des thérapies cognitivo-comportementales (TCC). Ces thérapies sont une synthèse des thérapies comportementales qui partent du principe que les comportements sont la résultante d’apprentissages et des thérapies cognitives qui considèrent que les problèmes qui surviennent sont dus à des croyances liées à des états émotionnels et des comportements. Les thérapies humanistes sont plutôt destinées à aider les personnes à réaliser leur plein potentiel en faisant des choix rationnels et en les accompagnant pour s’amener à se poser les bonnes questions et y trouver leurs réponses propres. Les thérapies acceptation et engagement sont basés sur la pleine conscience et la méditation et sont une variante des thérapies cognitives, elles s’attachent à aider les personnes à gérer et exprimer leurs émotions pour prendre des décisions en les prenant en compte en contexte. Enfin, parmi les thérapies longues s’attachant plutôt à traiter des problèmes anciens ou au contraire les traumatismes récents on retrouve la psychanalyse s’appuyant sur les théories freudiennes et les thérapies psychodynamiques. Enfin, dans le traitement des traumatismes, les thérapies EMDR sont de plus en plus utilisées et allient thérapie et mouvements oculaires comme dans le cadre de l’hypnose.